Revue de Presse

Article paru dans « La Voix du Nord » Edition « Villeneuve d’Ascq et ses environs » suite au lancement officiel de l’action «Rêves de gosse» en partenariat avec « Les Chevaliers du Ciel »

Publié le 31/12/2015

La Voix du Nord

Lancement officiel "Rêves de gosse"

Lancement officiel « Rêves de gosse »

Pour leur vingtième année, les Chevaliers du ciel feront étape à Lille-Lesquin le 8 mai prochain. Tous les partenaires étaient réunis au club aérien Lille Métroplole-CALM pour le lancement officiel de la manifestation. L’association Les Chevaliers du ciel s’occupe depuis vingt ans d’un projet pédagogique associé à un baptême de l’air destiné à des enfants porteurs de handicap parrainés par des enfants ordinaires. Cette belle aventure s’appelle Rêves de gosse. Les parrains en sont José Garcia et Véronique Jeannot.

Le président du club, Jacques Flotat, s’est dit particulièrement heureux de cette première étape. Tout comme le président de la jeune chambre économique de Lille Métropole, Benoît Lecuelle, qui a rappelé que le projet s’intégrait parfaitement dans l’esprit de solidarité de la jeune chambre. La cerise sur le gâteau sera le baptême de l’air proposé le 8 mai. Il y a un énorme travail en amont car « Rêves de gosse » associe des enfants dits ordinaires à des enfants dits extraordinaires en binômes dans le but de faire tomber les barrières de la différence, de changer les regards sur le handicap.

Six écoles se sont intéressées au projet : l’ITEP La cordée et l’école Anatole-France de Wavrin, l’IEM Christian-Dabbadie et l’école Louise-de-Bettignies de Villeneuve-d’Ascq, l’IMPro Le Roitelet de Tourcoing et l’école du Sacré- Cœur de Baisieux. Les équipes éducatives indiquent que les enfants sont motivés. Les enfants qui présentent des troubles du comportement ou des handicaps « sont ravis ». La mise en avant de leurs compétences et de leur capacité manuelle rentre dans le projet, soulignent les éducateurs : « Tous vont s’adapter à leur rythme à ces extraordinaires machines volantes ».

Au programme de la manifestation : visionnage du film Le Petit Prince, lectures autour de l’aviation, fabrication de machines volantes…

La jeune chambre économique de Lille Métropole compte quinze membres. Elle travaille sur cinq axes : le développement économique, l’action pour l’emploi, l’aménagement du territoire, la solidarité et la préservation de la planète. Elle fait partie du réseau de la jeune chambre économique française.M. H. (CLP)

Rens. 06 03 38 27 77, lille@jcef.asso.fr,

www.revesdegosse.com

JOUR J : Mon Commerce Accessible à Tous !

Article paru dans « La Voix du Nord » du 12 avril 2015 – édition Lille Métropole et sur www.lavoixdunord.fr 

PAR PATRICK SEGHI

Accessibilité : de nombreux commerçants lillois jouent le surplace…

Petit test rue de Paris ce samedi où les membres de la Jeune chambre économique ont informé les commerçants de l’obligation de rendre leurs locaux accessibles aux personnes handicapées. Édifiant.

Jour j mon commerce accessible à tous

« Cela ne m’empêche pas de dormir. » Il suffit de passer au salon de coiffure Camille Albane de la rue de Paris pour prendre la température. L’accessibilité pour les personnes handicapées est loin, très loin d’émouvoir de nombreux commerçants lillois.

Au mieux sont-ils attentistes, au pire défaitistes. « Nous avons des clients aveugles, sourds, handicapés que nous aidons volontiers. Mais nous ne pouvons pas bouger le mobilier de notre magasin qui est beaucoup trop lourd. Nous sommes preneurs de tout ce qui peut faciliter la vie, mais si nous devons réaliser d’imposants travaux d’aménagement, alors nous fermerons notre librairie. Je ne comprends pas ces difficultés énormes pour un pourcentage aussi faible de la population (15 % au passage)… »

Gérard Valembois, cogérant de la librairie de voyages rue de Paris, ne pratique pas la langue de bois, à défaut du politiquement correct. Dans l’attente d’une éventuelle « dispense » liée à la configuration de son magasin, Benoît Lecuelle, président de la Jeune chambre économique de Lille (JCE), lui a rendu visite (lire ci-dessous) pour calmer ses angoisses. La première mesure à prendre consiste en l’achat d’une rampe d’accès. Un geste auquel le libraire entend consentir.

« Une question d’éthique »

Presque une victoire. Ce qui compte ce samedi est avant tout de favoriser la prise de conscience sur le sujet. Le 1er janvier 2016, tous les magasins devront être accessibles (certains, à l’exemple du Vieux-Lille, pourront attendre jusqu’au 1er janvier 2017). Pas vraiment une surprise puisque peu de choses ont avancé depuis la loi du 11 février 2005… Un gel dénoncé régulièrement par l’Association des paralysés de France (APF) et par de nombreuses personnes handicapées qui en ont ras le bol de voir autant de négoces traîner des pieds.

Un petit guide pédogogique

Marie, clouée dans un fauteuil, entend désormais ne faire ses courses « que dans les magasins qui jouent le jeu » et militer pour « le boycott » des autres. Pour éviter ces crispations, la Jeune chambre économique a édité un petit guide dont la vertu pédagogique doit doper les bonnes volontés. « Rendre un commerce accessible, c’est aussi le rendre plus attractif. »

Une évidence mise à mal par temps de crise et victime du cynisme ambiant. Tout n’est pas perdu pour autant. Les membres de la JCE ont recueilli des témoignages de commerçants qui ont fait le pas de l’accessibilité. Ne retenons que la déclaration de ce pharmacien du centre-ville : « C’est une question d’éthique. »

Laisser un commentaire